Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu outils | Aller au menu inter-lac | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

LETTRE D’INFORMATION AVRIL 2017

Accueil  >  Texte libre lettre d’information  > LETTRE D’INFORMATION AVRIL 2017
Envoyer à un ami

LETTRE D’INFORMATION AVRIL 2017

 

Le Schéma d ‘Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Logne, Boulogne, Ognon et Grand-Lieu a 15 ans. C’est l’un des plus anciens SAGE de France. Il a pour mission de définir les priorités en matière de gestion de l’eau à l’échelle du Bassin Versant de Grand-Lieu. Le bassin versant ou bassin hydrographique est une portion de territoire délimitée par des lignes de crête où toutes les eaux reçues convergent vers un même point de sortie appelé exutoire.

Dans un bassin versant, l’eau emprunte les moindres pentes, elle ruisselle, s’infiltre, stagne puis bouillonne et, tout au long de son parcours, se charge de sédiments, de matières organiques et de produits chimiques contenus ou déversés sur les sols traversés. Les multiples occupations du sol, les aménagements et toutes les activités humaines ont un impact sur la circulation de l’eau et sa qualité. Ce qui se passe en amont du bassin a forcément des effets sur l’aval et l’addition des petites altérations isolées finit par provoquer des conséquences parfois importantes sur l’ensemble du bassin, à la fois écosystème.

Le territoire hydrographique du Bassin Versant de Grand-Lieu est aussi un socio-système. C’est un espace où des gens vivent, habitent, travaillent, se déplacent, consomment. C’est un espace habité, un espace vécu, un espace convoité et partagé. Chacun de ses habitants attend donc du territoire qu’il favorise ses usages, réponde à ses priorités, considérant que ce sont là les bonnes, les seules, les vraies raisons d’être de ce territoire, un espace à géométrie variable qui se conjugue au pluriel : Le territoire de l’agriculteur irrigant n’est pas celui de l’éleveur ni celui du pêcheur au lac, du chasseur au gibier d’eau ou du randonneur dominical. Le riverain se définit prioritairement par sa proximité à la rivière. Sa relation au territoire se construit par la médiation de l’eau avec laquelle il entretient un rapport vécu d’interdépendance. L’usager quant à lui, s’intéresse à l’eau pour ses fonctionnalités, pour les services qu’il en attend tels que l’alimentation en eau potable, l’irrigation, l’abreuvement du bétail, l’énergie, les loisirs et le tourisme. Chacun, en fonction de ses intérêts mais aussi de sa culture, de ses références, de ses représentations, s’approprie ces fonctionnalités par des pratiques, des postures et des discours spécifiques.

En érigeant l’eau en « patrimoine commun de la Nation », la loi de février 1992 confère aux milieux naturels et aux écosystèmes aquatiques une valeur patrimoniale dans une perspective de transmission intergénérationnelle. Autrement dit, si l’eau est un bien commun, c’est un capital qu’il faut à la fois préserver, valoriser et partager sans épuiser la ressource qu’il faut aussi transmettre.

Pour la première fois, le législateur s’intéresse à la dimension culturelle des espaces naturels, reconnaissant que c’est bien la culture qui fonde le rapport de l’homme à la nature. Ce qui signifie que seule une exploration attentive des caractéristiques culturelles des groupes en présence permet de comprendre les relations intimes que les individus entretiennent avec l’eau et entretiennent entre eux autour de l’eau, et ainsi de composer avec les stratégies d’acteurs pour susciter des dynamiques territoriales autour de la notion de « bien commun ».

Ce rôle échoit à la Commission Locale de l’Eau (CLE) qui réunit des représentants de l’Etat, des collectivités locales et des usagers et au Syndicat de Bassin Versant de Grand-Lieu, outil politique créé en 2006, qui regroupe des élus de toutes les communes dudit bassin versant. Les contrats, qu’ils soient de bassin versant ou pour la valorisation des milieux aquatiques, ont pour principal objectif de faire converger les efforts vers la préservation de ce « bien commun » à transmettre.

Claude NAUD, Président

 Haut de page

Actualités

  • 18 avril 2017

    Recrutement saisonnier, arrachage de la Jussie

    Le Syndicat du Bassin Versant de Grand-Lieu (SBVGL) recrute des saisonniers pour (...)
  • 4 avril 2017

    10 ans d’actions sur le Bassin Versant de Grand-Lieu

    Le Syndicat du Bassin Versant de Grand-Lieu a fêté l’an dernier ses 10 ans d’existence. (...)